Unité pour l'annulation des fermetures de classe!

Publié le par POI Montpellier

Communiqué du POI 34

Montagnac le 4 avril 2011


UNITE POUR L'ANNULATION DE TOUTES LES FERMETURES DE CLASSES
 UNITE POUR L'ANNULATION DE TOUTES LES SUPPRESSIONS DE POSTES
UNITE POUR LE RETRAIT DE LA REFORME CONSTITUTIONNELLE

 

 

 

16 000 suppressions de postes pour 70 000 élèves supplémentaires…



 
Le plan massif de fermetures de classes et de postes dans l'Education nationale n'est-il pas le champ d'expérimentation de la réforme constitutionnelle ? Le conseil des ministres du 16 mars a présenté un projet de loi constitutionnel « relatif à l'équilibre des finances publiques ». Ainsi il serait impossible à un autre gouvernement de rétablir les centaines de milliers de postes supprimés dans les Fonctions publiques.
Par contre, pas un mot concernant les 120 milliards d'exonérations fiscales consenties depuis plusieurs années aux actionnaires du CAC 40!Tous les travailleurs sont concernés.
100 000  postes de fonctionnaires ont été supprimés depuis 2007.100 000 autres devraient l'être d'ici 2013; ce sont des classes, des écoles entières qui devraient fermer, des  disciplines entières qui ne seraient plus enseignées… et des dizaines de milliers de jeunes  qui ne trouveront pas d'emploi dans la fonction publique.
La réforme constitutionnelle devrait interdire tout retour en arrière.
10 000 postes ont été supprimés dans les hôpitaux en 2010; dans toute la France, des services d'urgence, des blocs opératoires, des services de soins aux cancéreux sont entrain de fermer. La réforme constitutionnelle placerait de fait toutes les dépenses sociales sous l'autorité de l'Union européenne. Les salaires sont gelés dans le cadre du pacte pour l'euro.
Comment se fait-il qu'un gouvernement dont le parti majoritaire (UMP) représente 7,5% des électeurs inscrits (résultat aux cantonales), puisse avoir le front de dire : « Nous poursuivrons cette politique coûte que coûte » ?
Cela n'est possible que, parce qu'il sait pouvoir compter sur l'accord des partis de "gauche" qui ne cessent de se prosterner devant l'impérieuse nécessité de réduire les déficits publics revendiquée par l'Union européenne.
Comment se fait-il que ce gouvernement puisse décider d'entrer en guerre contre la Lybie et d'y engager 500 millions d'€, c'est-à-dire l'équivalent budgétaire des 16 000 postes qu'il supprime dans l'Education nationale ?
 
Cela n'est possible que parce que les dirigeants de gauche
n'ont rien trouvé à redire à cette escalade guerrière !

La démocratie exige d'en finir avec la situation de consensus droite/gauche où les décisions anti ouvrières des uns sont approuvées par les autres au nom des traités européens.
Il y a urgence à rompre avec le carcan anti-démocratique de l'Union européenne !
Travailleurs, parents d'élèves, enseignants le comité départemental du POI vous appelle à vous regrouper autour de l'appel suivant, afin de réaliser l'unité pour empêcher cette forfaiture :



Appel contre le projet de réforme constitutionnelle sur les déficits publics


La défense de la démocratie exige de dire NON au projet de réforme constitutionnelle de
Sarkozy, qui veut inscrire dans la Constitution le respect des équilibres budgétaires, c’est-à-dire l’instauration permanente de la rigueur.
La défense de la démocratie exige que, sous aucune forme, les besoins du peuple et les conquêtes sociales collectives des travailleurs ne soient soumis aux politiques de réduction des déficits publics dictées et imposées par l’Union européenne.
La défense de la démocratie exige que les organisations syndicales puissent librement défendre les revendications des travailleurs.

 

 

 

INFORMATIONS DIVERSES…

 

Consigne avait été donnée à tous les Inspecteurs d'Académie avant les cantonales de ne délivrer à quiconque et sous aucun prétexte le tableau des fermetures de classe. C'est mandaté par un gouvernement crédité de l'approbation de 7,5% des électeurs inscrits que le saccage devrait s'organiser : avec 709 élèves supplémentaires dans l'Hérault, la coupe est de 28 suppressions de postes et 56 fermetures de classes !

 
•Petite synthèse chiffrée à partir des documents officiels préparatoires

Elémentaires : 56 fermetures postes (22 ouvertures, 56 fermetures),
Maternelles : 16 fermetures+12 postes (28 ouvertures, 16 fermetures),
ASH : 46,5 fermetures (31 CLAD+15,5 surnuméraires),
Remplacement : 15 fermetures),
Décharges de direction : 5,25 fermetures),
                                 
•Quelques éléments sur la localisation des fermetures

Ecoles élementaires : Agde, école A.France; Béziers : écoles J.Jaurès, les Oliviers, les Romarins; école élémentaire de Capestang;
Castelnau le Lez : école StExupéry;Castries, M.Pagnol; Fabrègues: la Gardiole; Lattes: la Castelle et le Baladet: Le Poujols/Orb ; Lodève: Prémerlet; Lunel : Le Parc et Marie Cury; Mauguio : A.Camus; Montady; Montpellier: écoles Freud et Spinoza; Pérols: Font Martin et La Guette; Pézenas: Jules Vallès;St Gély du Fesc: Valène; St Georges d'Orques; St Jean de Védas;St Paul et Valmalle; Sauvian; Sète: F.Buisson; Teyran; Vendargues: les Garrigues.
Ecoles maternelles: Agde: Marie Curie; Bédarieux: Joliot Curie; Servian

•Un courrier syndical aux écoles dans le Gard (extraits)

(...) S'IL LE FAUT, NOUS IRONS CHERCHER NOS POSTES AU MINISTERE ! AUCUNE FERMETURE DE POSTE N’EST ACCEPTABLE :
il en va de l’existence même de notre école publique

(...) L'inspecteur d'Académie a reconnu que 16 000 postes supprimés encore cette année, « ça commençait à se voir » et que notre département connaissait, pour la première fois, une dotation négative, c’est à dire un retrait de postes dans le cadre de l’application de la RGPP.
Chaque argument de chaque délégation a été entendu mais, bien entendu, aucune réponse n’a été apportée, l’axe principal de l’administration étant de dire que l’on pouvait toujours « rouvrir » en septembre.
Malheureusement, on sait très bien que les ouvertures de septembre sont toujours réalisées à la marge et que les seuils d’ouverture sont toujours beaucoup moins favorables qu’en mars.
Il remonte clairement des enseignants présents un profond mal-être au travail et une vive inquiétude que ce malaise soit accentué avec des classes encore plus chargées.
Les parents d’élèves, quant à eux, n’arrivent pas à admettre que l’on soumette à une logique purement budgétaire le droit de leurs enfants à de bonnes conditions d’enseignement.
Les maires et élus municipaux ont, quant à eux, fait part des extraordinaires investissements  qu’ils mettent en œuvre pour les écoles de leurs communes et ont  du mal à supporter que cette volonté soit mise à bas par la RGPP imposée par l’Etat.
Des délégations d’écoles de Saint Marcel de Carreiret, Lédenon, St Bonnet du Gard, St Hippolyte du Fort, St Christol les Alès, Nîmes Courbet maternelle et élémentaire, Nîmes Bruguier, Gallargues, Codognan, RPI la Rouvière /Montignargues n’ont pas obtenu satisfaction à leurs revendications à l’issue des audiences de mercredi 30 mars.
Des délégations de Montpezat, Le Vigan, Aramon, Molières sur Cèze, Rodilhan, Verfeuil, Alès Langevin, Comps ont ou vont être reçues.
Des dizaines d’autres écoles vont subir une fermeture ou n’auront pas l’ouverture dont ils ont besoin.(...)

•Discussion au marché de Bédarieux à propos d'un tract.
–    Une manifestation le samedi 9 ? Pourquoi tout est fermé.
–    Oui, on manifeste à la Mairie.
–    Ce n’est pas le maire qui ferme les classes. Ça serait plus utile d'aller avec le maire et tous les parents et les syndicats à l'Inspection Académique exiger l'annulation de toutes les fermetures. Non ? Et un jour d'ouverture ! C'est ce que font les parents, les maîtres avec leurs organisations et les élus de Florensac, ils ont raison.

Publié dans Enseignement

Commenter cet article