Le POI informe les habitants de la Paillade

Publié le par POI Montpellier

Le POI informe les habitants de la Paillade

Métropole de Montpellier = DANGER

 

Avec la métropole, le nouveau maire et le gouvernement veulent remettre en cause l’architecture de la République, ses services publics et ses emplois.

 

Aux élections municipales ainsi qu’aux élections européennes, les habitants de la Paillade, comme l’ensemble des jeunes et des travailleurs de ce pays, ont exprimé clairement leur volonté d’en finir avec la politique de Hollande et de son gouvernement anti-ouvrier et antirépublicain. Les cheminots, quant à eux, avec leurs organisations syndicales CGT, FO et Solidaires, ont engagé le combat pour défendre le service public et leur statut par la grève unie.

 

Le nouveau maire de Montpellier, Philippe Saurel, qui a pourtant été élu en rejet de l’équipe du Parti Socialiste, de sa politique et de ses méthodes, entend reprendre une mesure rejetée pendant la campagne : l’instauration d’une Métropole, dans le cadre d’une grande réforme territoriale.

 

De quoi s’agit-il ? Il s’agit de confier toutes les compétences des communes à une entité contrôlée par les cabinets privés et les patrons. Cette métropole serait l’occasion de permettre :

 

- une large spéculation, l’urbanisme (création et gestion de zones commerciales, industrielles, tourisme…) reviendrait à la Métropole  (article 2517-2-I-a) 

 

- une remise en cause des services publics par le développement des maisons de services publics (article Art. L. 5217-2. - I.) dans lesquelles les opérateurs privés pourraient remplacer l’état.

 

- la liquidation du département : sous l’impulsion de l’Union européenne, départements et communes doivent être remplacés par les métropoles et les euro-régions.

 

- la casse des droits des personnels communaux, la suppression d’emplois : à travers ce « big bang » territorial, ce qui est recherché également, ce sont des économies, en liquidant tous les emplois qui n’apparaîtront pas utiles.

 

Que restera-t-il des emplois de personnels communaux, des services publics qui n’ont pas encore été liquidés, des droits gagnés dans le cadre de la République ?

 

Faut-il rappeler que notre quartier est composé à 44% de personnes à bas revenus, 42% étant au chômage, 12 500 sous le seuil de pauvreté ? Qu’allons-nous devenir si tous nos droits et les services publics sont sacrifiés sur l’autel du remboursement de la dette des banquiers et aux seuls profits des intérêts privés ?

 

Comment se fait-il que Philippe Saurel (ex PS), nouveau maire, accepte de se faire le relais du gouvernement et de son « ami Valls » en mettant en œuvre cette réforme ?

Comment se fait-il que René Revol (Front de gauche), hier hostile à la Métropole, puisse dire maintenant qu’il a été nommé vice-président de l’agglo par le même Saurel : « On verra en fonction du document. » Mais le document, on le connait, c’est la loi définissant les métropoles ! Pourquoi un tel enfumage tout à coup ?  

 

 

Pour le POI, une discussion doit s’ouvrir avec tous ceux qui, travailleurs, jeunes, militants, quelle que soit leurs sensibilités politiques (PS, PC…), n’acceptent pas que la République soit taillée en pièces, que les droits ouvriers soient sacrifiés : engageons une discussion sur l’aide que nous pouvons apporter ensemble au combat contre la métropole, pour la défense de la République et de ses acquis. 

Commenter cet article