Rassemblement mardi 5 avril contre la guerre en Lybie, contre l’intervention, pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes !

Publié le par POI Montpellier

Mardi 5 avril de 17h30 à 18h30 sur la Comédie

(rendez-vous en face de Sauramps)

 

Rassemblement contre la guerre en Lybie, contre l’intervention, pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes !

 

 

 

Appel national du POI pour la journée du 5 avril :

 

A BAS LA GUERRE !

ARRÊT IMMÉDIAT DE L’INTERVENTION

MILITAIRE CONTRE LA LIBYE !


Depuis quelques jours, un tapis de bombes s’abat sur la Libye. Des centaines de civils, hommes, femmes et enfants, ont été écrasés par des bombes censées les protéger ! Tout le pays est bombardé jusqu’au sud désertique.

Quel objectif poursuivent donc les gouvernements français, britannique et américain avec cette intervention militaire ? David Cameron, le Premier ministre britannique, parle clair. Dans un discours au Parlement britannique, il explique que l’intervention militaire est aussi justifiée par « les intérêts implicites comme le pétrole et le gaz ». Il faut la défendre, affirme-t-il, « sans avoir la naïveté de faire croire que les Etats intervenants sont désintéressés » !

Loin des discours hypocrites des gouvernements fauteurs de guerre, il s’agit bien de défendre les intérêts pétroliers. Il s’agit d’imposer la présence de troupes de l’OTAN dans la région contre le soulèvement des peuples en Tunisie, en Egypte. L’agression militaire prépare et organise la dislocation et la division du pays. Elle menace de s’amplifier dans les jours qui viennent. Les bombardements sur la Libye ne sont en rien une « aide humanitaire » pour le peuple. L’objectif, c’est le pétrole et « l’ordre » dans la région déstabilisée par la révolution tunisienne.

Le 29 mars, au soir de la réunion du groupe de contact rassemblant une quinzaine d’Etats avec l’ONU, l’Union européenne et la Ligue arabe, Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères, déclare : « Il faut continuer notre intervention et nous faisons confiance à l’OTAN pour conduire les opérations jusqu’à ce que les objectifs (de l’ONU) soient atteints (…). Le choix des cibles, c’est la responsabilité de l’OTAN. »

Dans ces heures dramatiques pour la population libyenne, la seule position conforme à la tradition ouvrière est d’exiger contre les gouvernements français, britannique et américain, l’ONU, l’OTAN et l’Union européenne :

• Arrêt immédiat de l’intervention militaire contre la Libye !

• Retrait de toutes les troupes étrangères !

• Non aux bombardements !

• Droit des peuples à disposer d’eux-mêmes !

• Bas les pattes devant les peuples libyen, tunisien, égyptien... !

• Bas les pattes devant la souveraineté de toutes les nations de la région !

• Troupes étrangères, ONU, OTAN, FMI, Union européenne : hors d’Afrique du Nord !

 

Le Parti ouvrier indépendant propose de faire de la journée du mardi 5 avril une journée de mobilisation dans tout le pays, contre la guerre, pour l’arrêt immédiat de l’intervention militaire contre la Libye.

 

500 millions d’euros : c’est le prix de l’intervention française en Libye. C’est l’équivalent des 16 000 postes d’enseignants que le gouvernement veut supprimer en 2011. De l’argent pour la guerre, pas pour l’instruction : voilà ce qu’il s’agit d’inscrire dans la Constitution avec le projet de réforme constitutionnelle où le président de la République veut introduire l’obligation « d’équilibre des finances publiques », c’est-à-dire l’instauration permanente de la rigueur. La défense de la démocratie exige, au contraire, que les besoins du peuple, les conquêtes collectives des travailleurs ne soient sous aucune forme soumis aux politiques de réduction des déficits imposées par l’Union européenne. Non à la réforme constitutionnelle ! Signez l’appel du POI.

Publié dans Contre la guerre

Commenter cet article