Communiqué du comité POI de Montpellier suite au premier tour cantonales

Publié le par POI Montpellier

Communiqué du  comité POI de Montpellier – mardi 22 mars 2011.

 

Perte de deux millions de voix pour le PS et l’UMP, perte de 110 000 voix pour le FN :

le séisme politique caché par tous appelle une politique indépendante de rupture avec l’Union européenne et du consensus gauche (PS, PC, PG…)/droite.

 

Au soir du premier tour des élections cantonales, tous les commentateurs ont été obligés de le reconnaitre : l’abstention record constitue un séisme politique, amplifiant un peu plus la crise politique qui touche les sommets de l’état, de la Cinquième république et de l’Union européenne.

 

Avec la perte d’un million de voix chacun, le PS et l’UMP voient leur politique commune, dans le cadre du consensus dicté par l’Union européenne rejetée par la majorité de la population. Regardons les résultats de plus près :

 

 

Au plan national

(1er tour 2004/2011) :

 

 

Elections cantonales 2004

Elections cantonales 2011

différence

PS

3 226 525

2 284 912

-941 613

UMP

3 160 918

1 554 726

-1 606 192

FN

1 490 315

1 379 933

-110 382

PCF/FDG

957 223

724 917

-232 306

 

 

 

Sur Montpellier

(1er tour 2004/2011 cantons 3, 5, 7, 9 et 10) :

 

 

Elections cantonales 2004

Elections cantonales 2011

différence

PS

18 671

10 435

-8 236

UMP

10 365

4 722

-5 643

FN

5 990

6 321

+331

PCF/FDG

1 451

3 101

+1 650

LCR/NPA

636

367

-269

 

 

 

Contrairement à ce que raconte Midi Libre, qui titre « Montpellier n'échappe pas à la vague FN », il n’y a pas de percée du FN en France ou à Montpellier. Ce parti voit même le nombre de ses électeurs baisser, malgré le climat anti-immigrés entretenu par les membres du gouvernement : perte de 110 000 voix au niveau national.

 

Le POI remercie les 220 habitants qui ont voté pour l’un des trois candidats[1]. Le POI poursuivra son aide au combat contre le consensus politique droite/gauche qui vient d’être rejeté dans les élections. En particulier, nous poursuivrons le combat contre la privatisation du service d’hémodialyse au CHU de Montpellier (à ce sujet, nous nous étonnons que le président PS du comité de surveillance refuse toujours de recevoir notre délégation), contre la privatisation des universités dans le cadre des plans Idex et Campus, œuvre commune du gouvernement et des collectivités territoriales dirigées par la gauche, contre le démantèlement de la SNCF, contre la réduction des déficits publics qui entraine entre autre la suppression de 100 000 emplois publics d’ici 2012.

 

Le comité POI de Montpellier s’adresse à la jeunesse et aux travailleurs : organisons nous pour en finir avec ce consensus mortel pour nos acquis sociaux et la démocratie !

 

Pour le POI  c’est clair : l’abstention vient sanctionner la collaboration des élus de gauche et de droite pour mettre en œuvre la régression sociale imposée par l’union européenne.

 

Nous allons donc dans les jours qui viennent, amplifier plus que jamais la campagne nationale du POI contre la réforme constitutionnelle et diffuser largement informations ouvrières. En une journée 85 signatures ont été réalisées sur Montpellier, et 41 numéros d’Informations ouvrières ont été vendus.

 

Nous nous adressons à ceux qui veulent ouvrir une issue positive à cette crise : le POI propose de s’organiser en comités de résistance pour mettre fin au consensus politique, pour aider à faire aboutir les revendications de la jeunesse et des travailleurs. D’ores et déjà, des comités sont en train de se constituer au CHU, dans un collège, à la SNCF, sur les universités et la recherche…

 

Prenez contact avec nous, abonnez vous à Informations Ouvrières, adhérez au POI !



[1] Ces candidatures ont été l’objet d’un véritable boycott des médias locaux (La Gazette, Midi Libre, L’Hérault du jour) – à l’exception de Tv Sud. En effet, depuis sa fondation, aucun des dizaines de communiqués n’a été publié par cette presse aux ordres, même pendant la période électorale…

Publié dans Elections

Commenter cet article