Déclaration de la fédération de l’Hérault du POI sur les arrestations dans le Saint-Ponais

Publié le par POI Montpellier

Déclaration de la fédération de l’Hérault du POI

sur les arrestations dans le Saint-Ponais


La fédération de l’Hérault du Parti Ouvrier Indépendent (POI) s’indigne des arrestations et des perquisitions opérées à St Pons et dans ses environs parmis des militants de gauche, particulièrement le responsable local du PCF.

Dans le journal Le Parisien, il est écrit : " "Il y a une pression hallucinante", estime même un magistrat ". " Il y a des hauts responsables de la police qui ont le sentiment de jouer leur tête sur cette affaire parce que le président de la République en a fait une priorité absolue. Ce n’est pas forcément comme cela qu’on boucle une bonne enquête ", conclut un policier. "

Nous rappelons que le principe républicain d’indépendance de la justice exclut toute pression sur celle-ci, en particulier de l’exécutif de la Cinquième République. Comment comprendre le déploiement de forces de l’ordre en grand nombre, alors même que la première perquisition chez le responsable du PCF n’avait rien donné ?

La fédération du POI de l’Hérault s’indigne que 11 militants puissent être gardés à vue (l’un d’entre eux aurait même perdu une chance d’emploi), montrés publiquement dans les médias, alors même qu’aucune charge n’est retenu contre eux. Nous ne pouvons accepter qu’une obscure histoire de lettre anonyme à des hauts responsables politiques, postées de Beziers, puisse servir de prétexte à un déploiement policier et à l’arrestation de 11 personnes à Saint Pons de Thomières.


Nous apportons donc notre plein soutien notamment à Pierre Blondeau ainsi qu’aux autres mis en garde à vue.

Commenter cet article