Vézinhet (PS) liquide 70 postes d’employés territoriaux

Publié le par POI Montpellier

Vézinhet (PS) liquide 70 postes d’employés territoriaux et augmente les impôts locaux : n’est-ce pas l’application de la politique de Sarkozy ?

 

Communiqué, 13.04.2010.

 

Après avoir manifester « contre la réforme territoriale », Vézinhet (président PS du conseil général) met en œuvre la politique de Sarkozy et supprime 70 postes.

 Le vote du budget du conseil général vient d’avoir lieu. André Vézinhet, après avoir pris la tête de la révolte des élus, en particulier des maires, pour empêcher le vote de la réforme territoriale et avoir mené une campagne d’affichage massive, propose maintenant d’appliquer la politique de Sarkozy.

 C’est ainsi que dans le Midi Libre du 9 avril, nous apprenons que le président (PS) du conseil général a déclaré : « j’ai demandé à tous mes vices président de diminuer de 5% leur budget de fonctionnement ».

On lit donc :

- « l'entretien des routes se fera mais seulement en cas « de nécessité absolue » »

- « dans certaines réhabilitations puissantes de collèges, comme celui de Castries, on ne s'occupera que de l'urgence»

- « cette année « 70 postes ne seront pas remplacés » »

- « Impôts : une hausse de 2,8 %, décidée le 29 mars , lors du vote du budget après une hausse de 5 % en 2009. »

Comme justification de cette politique, qui est conforme à ce que demande le gouvernement en exigeant des collectivités locales qu’elles réduisent leurs budgets, augmentent les impôts locaux et qu’elles suppriment autant de postes de fonctionnaires que l’administration centrale.

 En adoptant ce budget, en acceptant de se faire le relais de la politique qu’exige le gouvernement et l’union européenne, Vézinhet ne va-t-il pas au devant de l’application de la réforme territoriale tant décriée ?

 L’argument pour justifier une telle saignée est donné dans le Midi Libre : « « Au total, depuis 2004, l'État nous doit, en cumulé, 241 M€ pour des transferts de compétences qui ne se sont pas accompagnés des budgets qui y sont liés. Pour les adultes vulnérables : aucune ressource transférée ; l'API (parents isolés) : aucune ressource ; adultes handicapés, presque plus rien la 3 e année » »

Mais peut-on être étonné ? La décentralisation, acceptée tant par la droite que par la gauche, dont chaque gouvernement est venu apporter une pierre à l’édifice, avait justement pour but de dégager l’état, de  faire des économies en confiant certaines de ses missions à des échelons inférieurs.

 

Après avoir accepté les transferts, Vézinhet explique que le conseil général, ne pouvant pas faire face, est obligé… de liquider 70 postes et d’augmenter les impôts locaux, et ce sera à la population d’être écrasée par l’application de cette politique !

 

N’est-ce pas cette répartition des rôles qui permet, à tous les échelons, au gouvernement de faire passer sa politique ?  N’est-ce pas l’acceptation par les dirigeants de gauche (PS, PC pour l’essentiel) de cette politique, qui permet au gouvernement d’avancer ? N’est-ce pas cela qui explique le recul de tous les partis politiques, y compris le PS, en nombre de voix, aux dernières régionales par rapport aux régionales précédentes ?

Pour sa part, la fédération de l’Hérault du Parti Ouvrier Indépendant, combattant pour le retrait de réforme territoriale, attaché au triptyque révolutionnaire « commune, département, état », aidera toute forme de résistance à cette politique de renoncement et de prise en charge de la politique de Sarkozy.  

Nous soumettons ce communiqué à la libre discussion des maires,

des élus et des citoyens de l’Hérault.

Publié dans Défense des communes

Commenter cet article