Meeting Samedi 24 Octobre à 15h00 à Paraza

Publié le par POI Montpellier

Déclaration  de Gérard Schivardi

(Secrétaire national du POI)

 

La presse régionale a cité à plusieurs reprises mon nom à propos des discussions en cours en vue des élections régionales.

Je tiens, dans la présente déclaration, à préciser mes positions.

Le pays traverse une crise majeure. La fermeture d’entreprises, les délocalisations et les licenciements qui s’ensuivent, l’arrachage de nos vignes dicté par l’Union européenne ou la mise en faillite des producteurs de lait ou de fruits sèment la misère dans les familles ouvrières et paysannes de nos communes, entraînant la fermeture des commerces et la faillite des artisans. Nos jeunes ne trouvent plus de travail.

La privatisation des services publics et les coupes drastiques dans les budgets publics ont pour conséquence la fermeture de nos bureaux de Poste, des gares SNCF, de nos services hospitaliers, le regroupement de nos écoles communales…

Nos communes et notre département sont asphyxiés financièrement. 

Il est clair que l’ensemble des partis qui se réclament de la démocratie, des acquis sociaux et de la classe ouvrière ne peuvent avoir d’autres préoccupations que celle de répondre à cette situation, en proposant des solutions qui puissent avoir un effet immédiat.

C’est la raison pour laquelle, par exemple, avec mes camarades du Parti ouvrier indépendant, nous nous sommes adressés à tous les partis se réclamant du mouvement ouvrier pour leur proposer d’organiser ensemble la marche unie sur Paris pour l’interdiction des licenciements

A quelques mois des élections régionales, nul ne peut ignorer non plus le projet de loi du gouvernement concernant la réforme territoriale, directement inspiré par le comité des régions de l’Union européenne.

C’est une véritable bombe destinée à faire exploser l’unité de la République, visant à mettre en place des métropoles régionales qui dérogeraient au droit commun, livrant des pans entiers du territoire national à la mainmise des grands groupes financiers.

Dans une telle situation, chacun doit prendre ses responsabilités.

Il est clair que, du point de vue du pouvoir, des multinationales et de l’Europe,  ces élections vont être utilisées pour franchir un pas supplémentaire dans les fermetures d’entreprises, la mise en jachère des terres, la privatisation des services publics, la destruction des droits, et la disparition de nos communes.

Est-il possible, face à cette situation, de grouper les forces pour bloquer la marche au désastre en se rassemblant pour la rupture avec cette politique dictée par le traité de Maastricht, sa concurrence libre et non faussée et son pacte de stabilité ?

Pour ma part, avec mes camarades du POI, j’affirme mon intention d’œuvrer à la réalisation de l’unité qui suppose que les partis se réclamant de la démocratie et des acquis sociaux se prononcent pour :

- l’interdiction des licenciements ;

- les garanties de l’Etat que le paysan puisse vivre de son travail : fixation de prix planchers pour tous les produits, prix qui permettent à tous nos agriculteurs de vivre dignement de leur travail ;

- le rétablissement du monopole public de la Poste, d’EDF et de GDF, et l’abrogation des directives européennes organisant l’ouverture à la concurrence ;

- la levée de toutes les restrictions aux droits aux soins et à la protection sociale, en rétablissant la Sécurité sociale de 1945 ;

- le retrait du projet de réforme territoriale, et le rétablissement de la libre administration des communes et des départements ainsi que des moyens financiers leur permettant d’exercer leurs compétences.

 

C’est sur cet objectif que le POI organisera un

Meeting Samedi 24 Octobre à 15h00 à Paraza

J’invite tous les dirigeants des partis se réclamant de la démocratie et du mouvement ouvrier à y prendre la parole.

Publié dans Vie du POI

Commenter cet article