Le projet de fusion des universités doit être maintenant abandonné !

Publié le par POI Montpellier

Communiqué, mardi 8 mai 2012

Dans tout l’Hérault, et à Montpellier en particulier :

un puissant rejet de la politique de Sarkozy et de son gouvernement.

Le projet de fusion des universités doit être maintenant abandonné !

 

Dans toute la France, un même sentiment : la politique menée par Sarkozy dans le cadre de l’Union européenne doit être immédiatement arrêtée. C’est un puissant rejet, qui nécessite immédiatement une mesure : les plans mis en œuvre, sous l’égide de l’Union européenne, par ce gouvernement battu, doivent être abandonnés.

 

Concernant l’enseignement supérieur et la recherche, secteur qui a largement combattu pendant toutes ces années les plans de privatisations, le respect de la démocratie exige que soient abrogés immédiatement le plan Campus, la LRU et les Idex. Ces plans concourent tous à une même chose : privatiser une partie de la recherche rentable, et liquider le reste, en particulier les sciences humaines et sociales… pour regrouper les universités dans 7 à 8 « pôles régionaux ».

C’est dans cette logique de privatisation dans des pôles régionaux que le dangereux projet de fusion des universités régionales (à commencer par l’UM1, l’UM2, Nîmes et Perpignan) est progressivement avançé

Si les mots ont un sens, le slogan de campagne de François Hollande (PS) « le changement c’est maintenant », implique alors tout de suite : Abrogation des Idex ! Retrait du projet de fusion des universités !

 

Face à cette volonté de changement, C.Bourquin (président PS de la région Languedoc) annonce le lendemain du vote ( le 8 mai dans « l’Hérault du jour ») :

« je plaide pour une université régionale et déplore l’échec des Idex [pour Montpellier] »

 

Dans une allocution devant une quarantaine de personnels du conseil régional, C.Bourquin explique : « laissons à l’Etat le régalien et confions le reste aux régions, aux territoires…. La recherche et l’innovation doivent également être accompagnées par la région. Enfin, troisième pilier, les universités. Je plaide pour une université régionale et déplore l’échec de l’Idex, que je laisse aux universitaires» !

 

C’est tout le contraire de ce qui vient d’être d’exprimer par les jeunes, les étudiants, les travailleurs !

C’est tout le contraire du « changement » !

C’est tout le contraire de ce que le respect de la démocratie exigerait !

C’est justement la poursuite de la politique de dislocation du service public, du cadre national des universités. C’est la LRU et Idex puissance 10 !

Comme s’il ne s’était rien passé ce dimanche 6 mai !

Où nous entraîne Christian Bourquin, pourtant partisan affiché de François Hollande ?

Quel mépris pour les « universitaires » qui eux ont combattu les Idex de Sarkozy (quand Bourquin -aidé d’Anne Yvonne Le Dain, candidate PS sur la 2èmecirconscription- militait pour les mettre en place) et ont contribué à sa défaite ! Pour qui se prend C .Bourquin (PS) ? Pour le président d’une république bananière régionale ? Quelle honte !

 

Le 6 mai dernier, les travailleurs ont dit :

ça suffit du consensus !

Le 6 mai dernier, les travailleurs ont dit :

non à la ratification du TSCG !

 

Au niveau national, le choix est simple : soit poursuivre les mesures de Sarkozy, ratifier le nouveau traité européen TSCG et tourner le dos aux travailleurs… soit satisfaire les revendications de ceux qui viennent de s’exprimer.

Le POI présente des candidats sur la seconde et la cinquième circonscription de l’Hérault, 103 dans toute la France, pour aider à ce combat dans le but de satisfaire l’aspiration de la majorité qui vient de battre la politique de Sarkozy, pour rejeter les plans de l’Union européenne. Un combat qui s’adresse à tous, militants ouvriers de toutes tendances : ensemble :aidons à dégager une issue, ensemble : préparons la manifestation nationale contre la ratification du TSCG !

Publié dans Universités

Commenter cet article