Déclaration de Patricia Sourrouille, candidate du POI aux élections législative

Publié le par POI Montpellier

« Contre les plans d’austérité : annulation de la dette !


Défense de l’université contre la fusion UM1/UM2 !

Abrogation de la LRU[1]  ! »

 


Aux étudiants et personnels de l’enseignement supérieur et de la recherche :

Le POI m’a proposé d’être candidate aux élections législatives avec Jean-Pierre Sparfel, cheminot et comme moi, militant syndicaliste.

Le POI a décidé de ne pas participer aux élections présidentielles. En effet, ce cadre ne permet pas de trouver la réponse à cette question : comment empêcher l’Union Européenne, les banques et les patrons de détruire les acquis des travailleurs de notre pays ?

Il a fait le choix d’utiliser les élections législatives pour affirmer que l’issue passera par la mobilisation de millions de salariés, de jeunes, de retraités, de chômeurs posant  la question de la rupture avec l’Union européenne et ses institutions, pour une assemblée constituante souveraine rétablissant la démocratie.

Dans notre secteur universitaire et de la recherche, comment cela se traduit-il ?

 

Pour la majorité d’entre nous un premier pas serait l’abrogation de la LRU.

Nul doute que parmi nous, étudiants, enseignants, personnels techniques et administratifs, chercheurs, il se trouve une majorité pour dire : « il faut en finir avec la politique de Sarkozy, et en particulier avec la LRU ».

La LRU, en effet, c’est une arme de guerre contre l’université républicaine, une loi dont les conséquences immédiates sont le déficit de nombreuses universités, le gel des postes,  la diminution des crédits, la concentration des moyens sur certaines thématiques jugées rentables, la suppression de filières, etc.


François Hollande annonce « des perspectives avec la LRU » !

Christian Bourquin (conseil régional, PS) ordonne :

« fusionnez vos universités ! »


François Hollande dans ses 40 propositions explique qu’il faut « redonner des perspectives avec la réforme de la loi LRU » ! « Opposant » à Sarkozy, il propose de reprendre à son compte l’une des réformes les plus destructrices du gouvernement ! Est-ce l’issue pour qui veut réellement défendre l’université ?

Et M. Bourquin, Président de la Région Languedoc-Roussillon, n’a-t-il pas adressé une lettre à tous les présidents d’université et représentants des organismes de recherche exigeant : « je souhaite de votre part des engagements fermes pour redresser les faiblesses bien identifiés du site régional.  D’une part la fusion des universités a minima UM1 et UM2 devra être entreprise sans délais »  ceci pour mettre en place une  « meilleure attractivité des diplômes proposés en les rendant plus ouverts sur le monde, plus polyvalents et plus proches des besoins réels des employeurs privés et publics » ?

Loi LRU, imposer la fusion des universités, adapter les diplômes aux besoins patronaux : n’est-ce pas la politique de la droite, du MEDEF et de l’Union européenne ?

Ces fusions d’universités, chacun le sait, ce sont des suppressions de postes, de filières, des « économies d’échelle » : est-ce cela les « perspectives » dont parle F. Hollande ?

Quant à nous, au contraire, nous estimons qu’il faut défendre l’Université laïque et républicaine : Pas de fusion ! Pas de contrôle politique, ni patronal ! Maintien de toutes les missions, de tous les enseignements et de toutes les thématiques dans la liberté de recherche !

 

Des candidats pour chasser la politique de Sarkozy et de l’Union européenne !

La volonté majoritaire dans notre pays, qui refuse la politique actuelle se heurte donc directement à ceux qui, à gauche, entendent remplacer Sarkozy… tout en continuant sa politique. Dans cette situation, la mobilisation unie, avec nos revendications et nos organisations, n’est-elle pas posée ?

Alors, pour défendre nos acquis sociaux, la république une, indivisible et laïque, nos services publics dont celui de l’enseignement supérieur et de la recherche, nous estimons nécessaire d’être candidats pour le dire et combattre l’alternance dans le cadre de la politique actuelle. Nous sommes candidats pour:

  •  L’abrogation de la LRU ! Non à la fusion des universités UM1/UM2 : M. Bourquin, vous n’avez pas à toucher nos universités !
  •  L’annulation de la dette, qui n’est pas la nôtre ni celle des peuples d’Europe !
  •  La rupture avec l’Union européenne et la 5ème République ! Pour une Assemblée Constituante souveraine !

Au moment où les agences de notation au service de la spéculation financière capitaliste voudraient imposer l’intégration (la collaboration) des syndicats pour faire accepter les plans d’austérité de l’UE, nous militants du POI souhaitons aider au combat pour en finir avec cette machine de guerre contre nos droits avec tous ceux qui veulent défendre l’université, la recherche et tous les acquis sociaux.

Certains voteront pour « chasser Sarkozy » quand d’autres s’abstiendront : quoiqu’il en soit ces questions doivent être discutées et c’est pour cela que le POI organise partout des assemblées-débats !

 

Assemblée-débat universités/recherche

Mardi 14 févier à 18h00

au centre 665, route de Mende



[1] LRU : Loi relative aux libertés et responsabilités des universités.  « peut-être la plus importante réforme de la législature » selon Fillon, a été adoptée afin de confier le patrimoine immobilier ainsi que la gestion des ressources aux universités elle-même, ainsi que pour désengager financièrement l’état. Résultat : une pénurie généralisée, des frais d’inscription en hausse, des gels de poste partout, des dizaines d’universités en déficit… obligées de se tourner vers le privé ou vers des « donateurs » pour survivre… 

Publié dans Elections

Commenter cet article