communiqué POI contre l'usage de la repression policière contre les revendications des infirmières

Publié le par POI Montpellier

Les infirmières en grève le 30 mars, se sont vues brutaliser, gazer  sur la place de la comédie.

 

Le POI tient à réagir aux violences policières lors d’un sitting Boulevard du jeu de Paume. Les personnels entendaient, avec leurs organisations syndicales, dans l’unité, rejeter la décision de suppression de la retraite à  55 ans.

 

Comment comprendre ?

 

Alors que le ministère veut supprimer la catégorie "active" avec ses droits, aux infirmières pour la supprimer ensuite à tous les soignants (AS, ASH, Sages femmes…), cette attaque majeure contre notre caisse de retraite CNRACL, est partie intégrante de l'attaque généralisée sur les retraites que le gouvernement met en place..

Les revendications de cette profession, sans laquelle, l'ensemble de la population n'aurait pas les soins nécessaires dans notre CHU, sont on ne peut plus légitimes.

Elles revendiquent la défense de leurs droits, de leurs statuts, la reconnaissance de la pénibilité de la profession, le droit de conserver le  départ à la retraite à 55 ans,

 

Au moment où le gouvernement annonce des tables rondes, l’ouverture d’un « dialogue social » concernant les retraites, les personnels qui revendiqueraient seraient réprimés par ce même gouvernement ? N’est-ce pas une seule et même politique que d’un côté, associer les organisations syndicales à la contre réforme des retraites, tandis que de l’autre, la répression s’abat sur le personnel ?

 

Comment comprendre également le silence du maire de Montpellier, Madame Mandroux, pourtant présidente du conseil d’administration ?

 

-Pouvez vous Mme Mandroux, accepter que les personnels soignants du CHU de Montpellier dont vous êtes la présidente du CA, puissent être traitées de la sorte lorsqu’elles manifestent pour faire respecter leurs droits ?

-Pouvez vous accepter que les droits les plus  élémentaires de notre  démocratie soient bafoués ainsi dans une ville dont vous êtes  Maire ? 

-Ne devriez-vous pas, Madame Mandroux, rejeter la répression contre le personnel et soutenir leurs revendications légitimes ?

 

Le POI réaffirme que les travailleurs sont en droits de se défendre, de défendre leurs revendications, contre le consensus autour des retraites, pour la défense des droits existants, pour le retrait de la loi Bachelot.

 

C’est en ce sens qu’il prépare sa réunion publique 

du lundi 26 avril à 20h00 au centre 665 route de Mende

Publié dans Hopitaux

Commenter cet article