Tract du 02.08.09

Publié le par POI Montpellier

Licenciements : tous les secteurs sont touchés !

Darcos annonce 800 000 chômeurs

de plus pour l’année 2009.  A Montpellier :

Dell : 110 licenciements ; Sanofi : 204 emplois menacés

Shneider Electric : 380 licenciements prévus

Bausch et Lomb : 40 licenciements…

Qui sera le prochain ?

 

« L’été risque de favoriser un certain nombre de plans sociaux (…) qui peuvent ensuite faire boule de neige », déclare le ministre du Travail, Xavier Darcos. En clair, on licenciera tout l’été.

 

Sur un marché de Montpellier, un travailleur interroge : « n’est-on pas condamné à négocier les primes de licenciements ? »

 

Un délégué syndical de Goodyear interviewé par «  Informations Ouvrières » : «  la seule victoire est celle du maintien de l’emploi ! ». Il a raison. Avec les avalanches de licenciements, quel avenir pour ceux qui perdent leur travail ? Quel avenir pour les jeunes qui arrivent sur le marché du travail ? Quel avenir pour l’économie du pays, alors que 360 milliards ont été débloqués pour que les spéculateurs et les banques puissent continuer à spéculer ? On devrait sauver les spéculateurs et pas les travailleurs ? C’est l’inverse qu’il faut obtenir !

 

Comment comprendre qu’au moment où les travailleurs cherchent à se battre contre les licenciements, le PS, le PC, le NPA, le PG… aucun n’ait engagé le moindre combat pour l’unité pour l’interdiction des licenciements ?

 

A Montpellier, ils ont tous été contactés par le POI : aucun n’a répondu ! Dans le même temps, 325 travailleurs ont signé un appel d’unité pour la marche unie, des dizaines sont en train de constituer le comité local...

 

 

L’Union européenne exige la fermeture des sites de Schneider Electric : 1640 licenciements prévus

(380 à Montpellier/Fabrègues).

« La Commission européenne pourrait donc obliger Schneider à céder certaines usines du nouvel ensemble, qui seraient redondantes avec ses propres sites, afin de ramener cette part à un niveau de concurrence acceptable. » (Midi Libre du 29.07.09)

Résultat : 380 licenciements sur les sites de Montpellier et de Fabrègues. L’union européenne qui impose les licenciements… c’est la même qui a permis d’injecter 1700 milliards dans la zone euro pour sauver la spéculation.

Sans en faire un préalable pour l’unité d’action pour l’interdiction des licenciements, le POI n’a-t-il pas raison de combattre pour la rupture avec l’Union européenne ?

 

 

A Montpellier, un comité local pour la marche unie pour l’interdiction des licenciements se constitue : rejoignez nous dans ce combat !

 

Lors de la conférence d’Echirolles, qui a réuni des travailleurs de plusieurs usines touchées par des licenciements, des propositions ont été formulées :

•Le 3 octobre rassemblement à Paris, première étape dans le combat pour la marche unie pour l'interdiction des licenciements.

•Le 5 septembre, pour en discuter les modalités, nouvelle rencontre nationale des délégués.

 

A Montpellier, un comité se constitue pour répondre à cet appel. Des dizaines de jeunes et de travailleurs y ont adhéré.

 

Première réunion du comité local :

Le 25 Août à 20h au Yam's

 Place de la comédie (à côté des chaussures "André") au 2ème étage

Commenter cet article