Informations de la délégation CHU Montpellier à la conférence du 7.12 à Paris

Publié le par poi_montpellier

Nous, délégués CHU à la conférence pour l'unité

qui s'est tenue le 7 décembre à Paris, portons à la connaissance des personnels du CHU de Montpellier les informations suivantes :



-Les 39 présidents de CCM de l'AP-HP en appellent à la ministre :



Dans une lettre intitulée « L'hôpital public en cours d'asphyxie », les présidents des 39 comités consultatifs médicaux (CCM) des hôpitaux de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), qui constituent tous ensemble la CME de l'institution, écrivent à la ministre de la Santé pour dénoncer l'« étranglement financier pur et simple »« la politique déployée » dans leurs établissements. « Il ne faudrait pas que toute tentative de changement, portée par une volonté justifiée d'améliorer l'organisation du système de santé, n'aboutisse à une paupérisation progressive de nos hôpitaux », mettent-ils en garde. Regrettant « la place » faite aux « économies à très court terme et à tout prix », les 39 médecins sont formels : « la qualité des soins va en pâtir, de même que l'accès aux soins pour tous » auquel aboutit selon eux. 

Le Quotidien du Médecin du 07/11/08

 

_ Le 2 octobre les personnels des 38 hôpitaux de l'AP-HP, unis avec leurs  syndicats CGT, FO, CFTC, UNSA, SUD-Santé, CFE-CGC, ont manifesté pour le maintien de tous les hôpitaux, de tous les services médicaux, de tous les postes, refusant la mutualisation, exigeant le maintien de l'unité de l'AP-HP et de son statut menacé par la loi Bachelot.

 

Le projet de loi Bachelot, loi « Hôpital Patients Santé Territoires », c'est :

 

-Dans le cadre des Agences Régionales de Santé (ARS), la mise en place de supers préfets, dirigeant les ARS, incluant hôpitaux publics et cliniques privées, mais aussi la médecine de ville et le secteur médico-social. Toujours moins d'hôpitaux publics et toujours plus de transferts d'activités « rentables » vers le privé.

-Une enveloppe budgétaire fermée et régionale.

-Des « économies » dans tous les secteurs au nom du soi-disant »déficit des hôpitaux » : Un milliard d'euros au niveau national, 300 millions pou l'AP-HP ! Et pour un milliard d'euros, ils veulent démanteler tout le système de l'hospitalisation publique de ce pays, au moment même où l'on verse 360 milliards d'euros aux banques !

-La mise en place « d'objectifs quantifiés avec une obligation de résultats financiers qui s'imposeront aux hôpitaux comme à chaque médecin.

-La remise en cause des 1035 hôpitaux publics existant actuellement au niveau national pour y substituer 300 « territoires de santé »

-La mutualisation des moyens », c'est à dire la suppression des postes : 20 000 suppressions d'emplois sont programmés au niveau national, pour les hôpitaux publics ! Avec 20 000 personnels en moins et le non remplacement des départs, ce sera pour tous la généralisation de la mobilité, flexibilité inter-site et une nouvelle aggravation des conditions de travail.

 

Avec la régionalisation, la loi Bachelot menace tout l'édifice de notre système de santé ,les hôpitaux publics et la sécurité sociale de 1945.

Avec le projet Bachelot, ce serait la création d'une situation à l'américaine, où les très pauvres recourent à l'hôpital dans des situations désastreuses, et où ceux qui auraient les moyens doivent payer des assurances privées, elles mêmes soumises à la spéculation, comme les retraites par capitalisation ! Nous n'acceptons pas !

Tout le monde est concerné. Tous les hôpitaux dans toute la France. Les hôpitaux de proximité comme les CHU !

Ce projet de loi devrait être présenté au Parlement en janvier 2009

Il suscite de toute part un véritable rejet.

Le conseil supérieur de la Fonction hospitalière a dit NON

L'ensemble des fédérations syndicales de la Santé ont dit NON

La caisse Nationale d'Assurance Maladie a dit NON

La confédération syndicale des médecins francais a dit NON



            - Nous délégués disons :

Il y a urgence ! Nous estimons, vu la gravité de la situation, que l'unité à tous les niveaux , avec toutes les organisations, est nécessaire



            - Nous délégués disons :

Pourquoi ce qui est possible à l'AP-HP ne le serait pas sur Montpellier et dans tout le pays ?

Nous en appelons à l'unité des personnels et de toutes les organisations syndicales pour dire  :



                        - Retrait de la loi Bachelot, retrait de la loi « Hôpitaux- Patients-Santé- Territoires » !

                        - Non à la régionalisation de la santé et de la Sécurité sociale !





Toutes ces mesures sont possibles et nécessaires, les arracher implique que l'unité se réalise!



            -Nous délégués du CHU,  comme tous nos camarades présents à la conférence nationale pour l'unité, nous nous adressons à  tous ceux et celles qui veulent faire un pas vers l'unité pour leur dire :

            -On peut avoir différents points de vue sur l'UE, la nécessité ou non de rompre avec ses institutions ou d'abroger le traité de Maastricht, mais il faudra bien se réunir pour faire reculer les plans destructeurs !

            -Aucune organisation se réclamant de la classe ouvrière et de la démocratie ne saurait se dérober à l'impérieux devoir d'unité pour les mesures de sauvegarde de l'hôpital public et de notre Sécurité sociale !

            -Pour notre part, et quels que soient les engagements de chacun, nous reprenons à notre compte la proposition faite par la conférence nationale pour l'unité* pour que soit organisée sans délai, une marche unie de toute la population avec les travailleurs des autres secteurs, les organisations, la jeunesse pour aller à Paris exiger que soient prises ces mesures de salut public.



L'Etat et le gouvernement ont su dégager plus de 400 milliards d'euros  pour renflouer les banquiers et les spéculateurs,

Qu'est-ce qui pourrait empêcher de le faire pour sauver l'hôpital public et la sécurité sociale?



            -Nous délégués du CHU à la conférence pour l'unité, proposons à tous les personnels du CHU, une réunion publique  afin qu'ensemble nous déterminions les voies et les moyens d'avancer vers la satisfaction de nos revendications le

                     

15 Janvier à 17h30 au Centre 665, 665 route de Mende  (proche fac de lettre - 1ere route à droite après "la Pasquière")


*Cette conférence, à l'initiative du POI a réuni environ 400 délégués de tous les départements, de tous les secteurs.

Publié dans Hopitaux

Commenter cet article