Appel hospitalier pour participer à la conférence pour l'unité du 7.12

Publié le par poi_montpellier

Appel à participer à la conférence pour l'unité le 7  décembre  à Paris !



Le comité CHU du Parti Ouvrier Indépendant  de Montpellier s'est réuni le mardi 14 octobre. Nous avons pris connaissance du fait qu'entre le 15 septembre et le 6 octobre, la Banque Centrale Européenne verse plus de 1250 milliards d'euros pour renflouer les spéculateurs, ce qui comblerait  25 fois le déficit annuel de l'état français.


Pendant ce temps-là, que constatons-nous sur le CHU de Montpellier ? Entre 2008 et 2012, notre hôpital, soumis aux coupes budgétaires imposées par Bruxelles devra réaliser 10 millions d'euros d'économies sur les personnels. Les conséquences, les voici :

   - Coupes drastiques dans les effectifs qui justifient les fermetures de lits !

   - Augmentation de la charge de travail à effectif constant, ce qui augmente le surmenage, la fatigue, les congés maladies qui eux-mêmes ne sont pas remplacés !

   - Polyvalence exigée, plus de services ni de spécialités, nous ne connaissons plus ni nos collègues, ni nos patients ! La qualité des soins diminue, et les risques pour les patients augmentent.

  - Augmentation de la durée minimum d'échelon: attaque inadmissible sur notre pouvoir d'achat et nos statuts !

   - Extension de la journée de travail à 12h pour faire des économies de personnels.

   - Précarité : certains personnels en sont à leur 8eme CDD de 6 mois d'affilés !

   - Les patients et leur famille doivent payer le parking CHU. Une journée à l'hôpital coûte 20€ ! (1ere heure gratuite certes, mais l'attente pour une simple consultation est supérieure à 1heure ! )

    - Les franchises médicales, le déremboursement de nombreux médicaments, la limitation des ALD, grèvent lourdement le pouvoir d'achat des patients et nombreux sont ceux qui sont obligés de renoncer aux soins !

   - Il leur est demandé de plus en plus d'apporter le nécessaire pour se soigner ! (pansements coûteux, attelles, produits de contraste pour radiologie ou IRM )

   - La durée de séjour est restreinte à son minimum pour répondre à la T2A( tarification à l'acte qui attribue à une maladie donnée une durée de séjour prédéfinie) et donc nombre de patients rentre à domicile avec des soins à faire (augmentation des sociétés privées prestataires de service !).


Unité pour empêcher la destruction

de l'hôpital public !

 

 La régionalisation de la santé avec les futures Agences Régionales de Santé (ARS) de la loi « Patients Santé Territoires »,va soumettre l'hôpital à des règles strictes de gestion dépendantes de l'enveloppe fermée de la région à laquelle il appartient !

 Tout ceci pour respecter les règles de stabilité inscrites dans les traités de Maastricht et Lisbonne !

Il faut réduire le déficit public d'exploitation de l'hôpital, réduction déjà préparée par la pénurie organisée depuis des dizaines d'années des personnels afin de justifier les fermetures de lits !

Comment comprendre qu'Hélène Mandroux, maire PS de Montpellier ait pu voter en faveur de ce plan de rigueur ? Ne faut-il pas l'unité tout de suite pour le mettre en échec ? Comment comprendre également que Cl Evin, président de la Fédération Hospitalière de France préconise  « une mutation en douceur » et établit la carte des 240 hôpitaux sujets à restructuration, mutation, fusion !


360 milliards de soutien aux banques françaises votés par le parlement et ils nous expliquent qu'il y a trop d'hôpitaux, trop de maternités, trop de services publics pour  les patients !

Quelle honte !

 

 Mais n'est-ce pas le même problème partout ? La population, les travailleurs ne sont-ils pas soumis eux aussi à la destruction de l'éducation nationale (15 000 postes supprimés en seconde avec la « réforme » des lycées) à la destruction des diplômes (privatisation des facs et casse des diplômes avec les plans « campus » et « licence »)aux privatisations des services publics dictées par les directives européennes (hier France Telecom, EDF, GDF, demain la Poste et la SNCF...) ?

Il faut que cette politique de régression s'arrête. Cette situation n'a rien d'inéluctable : il faut que les revendications des travailleurs puissent s'imposer !

Voilà pourquoi nous appelons tous ceux, militants, démocrates, syndicalistes : ensemble, préparons la conférence pour l'unité du 9 décembre à Paris. Une conférence pour dire :


-   Défense de l'hôpital, et retour  à la sécurité sociale de 1945

-   Non aux ARS  et à l'organisation de la pénurie!

-   Retrait de la loi « Patients -Santé -Territoires »

-   Défense du statut des agents hospitaliers !

-   Défense du pouvoir d'achat : non au parking payant, augmentation des salaires !

-   Non aux privatisations de tous les  services publics


Toutes ces mesures sont possibles et nécessaires, les arracher implique que l'unité se réalise

Pour  que cette politique de régression s'arrête

Je m'associe à cet appel pour une conférence pour l'unité !

Publié dans Hopitaux

Commenter cet article